A la une :

L’impact humain appauvrit les comportements des chimpanzés

Le 7 mars 2019. De l’utilisation d’outils pour accéder à la nourriture à des capacités de communication vocale, les chimpanzés sont connus pour l’extraordinaire richesse de leurs comportements. Mais avec la conversion croissante de leur habitat naturel en zones agricoles, cette diversité des comportements est sérieusement diminuée, jusqu’à atteindre une réduction de 88% entre certains groupes. C’est le constat d’une vaste étude internationale dirigée par deux instituts de recherche allemands à laquelle a pris part le Laboratoire de cognition comparée de l’Université de Neuchâtel. Ces résultats font l’objet d’un article signé par 77 spécialistes et publié aujourd’hui dans la prestigieuse revue Science. En savoir plus

 

  • 28fev2019_chrysomele185.jpg (corn in the field)

    Des pistes naturelles pour protéger le maïs

    Le 28 février 2019. Deux moyens naturels de lutte contre un ravageur majeur des racines du maïs ouvrent des pistes pour réduire la dépendance aux pesticides. Un petit ver vivant sous terre et une bactérie constituent deux remèdes susceptibles de réduire l’impact d’une chrysomèle indésirable de 20% à 50%, selon de récents tests effectués en champ par des biologistes de l’Université de Neuchâtel (UniNE) et de l’Université du Missouri (USA). Leurs résultats sont publiés aujourd’hui dans la revue Scientific Reports. Ce travail faisait partie du Programme national de recherche PNR 68 «Utilisation durable de la ressource sol» du Fonds national suisse (FNS).

  • 19fev2019_pesticides185_2.jpg

    Stabilité préoccupante de pesticides dans le miel

    Le 19 février 2019. Des chercheurs de l’Université de Neuchâtel (UniNE) ont mis au point une méthode pour quantifier des concentrations infimes de néonicotinoïdes dans le miel, complétant une première étude parue dans le journal Science en 2017. Avec leurs collègues du Jardin botanique de Neuchâtel qui ont participé à ce travail, ils s’inquiètent de la longue stabilité de ces molécules dont certaines perdurent au moins 40 mois dans le miel. Ces résultats sont publiés dans la revue scientifique Environmental Pollution.